sydney-australie

Le voyage qui m’a marqué le plus

On provoque l’expérience de voyage pour qu’elle porte les fruits attendus. J’y ai participé, et j’avoue que ces séjours passés en liberté ont vraiment marqué ma vie. Un grand changement s’est opéré.

Le voyage qui m’a permis de rencontrer mon âme sœur

Bon nombre d’idées nous revient en tête lorsqu’il s’agit de rencontres. On parle souvent de « célibacamp » ou de « voyage-rencontre » ou autre voyage en groupe destinée aux personnes seules, mais là encore, on a affaire à quelque chose d’organisé. Ce n’est pas le cas pour moi. J’ai le plaisir de vous raconter brièvement ma romance :

C’était en 2013, lors de mon voyage au Cambodge. Alors qu’il ne me restait plus que cinq jours pour repartir vers mon pays natal, le Texas, j’ai rencontré une Française. Pauline se préparait à partir pour l’Australie. Nous avons décidé de passer ensemble les 5 jours qui nous restaient. Le temps s’est arrêté. Notre idylle s’est formée. Nous avons pensé que nous nous oublierions une fois séparés, mais non. Nous nous sommes retrouvés en Australie, puis avons voyagé en Asie, pour finalement revenir en France. Aujourd’hui, je suis persuadé que Pauline est mon âme sœur. Le seul problème à résoudre est le visa, ce sésame qui nous unira pour toujours.

Le voyage qui m’a apporté une bonne bouffée de volonté

C’était un voyage organisé par l’entreprise où je travaillais depuis quelques années. L’objectif était de motiver les employés. En ce qui me concerne, je ne croyais plus vraiment à l’efficacité de ce projet de groupe à cause de mon burn-out, et pourtant, cela m’a vraiment apporté une bonne bouffée de volonté, si je puis le dire. Après quelques jours de sortie ludique où des séminaires de team-building dans un somptueux château d’époque sont organisés entre les courses de karting, les parties de paint-ball et le camping, j’ai commencé par voir mes collègues, et même mon employeur, d’un autre œil. Aujourd’hui, je les apprécie beaucoup, et je suis revenu sur ma décision : au lieu de démissionner, je reste à mon poste.

Le voyage qui a développé mon sens pratique

Jeune universitaire de 26 ans, je dois avouer que je brille en classe, ou plus précisément, sur le papier, mais dès qu’il s’agit d’appliquer mes acquis sur le terrain, tout sombre et j’en ai honte. Je fais des études en génie civil. Il m’a fallu sortir en voyage d’études pour tout comprendre. Au début, ce n’était pas facile, mais les dix jours passés en chantier m’ont vraiment changé. J’ai pu appliquer tout ce que j’ai étudié en théorie, et ce n’est pas tout, c’était pour moi une occasion de mieux communiquer avec mes collègues, et de connaître des gens.

Le voyage qui m’a appris à aimer mon pays natal et mes proches

Je fais partie de ces gens qui ont ardemment rêvé de quitter ma famille pour partir au loin. Mon rêve est devenu réalité en 2011 où j’ai eu la chance de me rendre en Australie. Je me suis promis de ne revenir qu’après quatre ou cinq ans. Mon séjour était riche en découvertes. J’ai pu faire des rencontres, mais au fil du temps, mon voyage a fait brûler en moi l’amour de mon pays natal. J’ai réalisé que personne ni rien ne pourrait remplacer la famille. De retour en France, ma relation avec mes proches a changé. J’ai enfin pu goûter au bonheur de vivre en famille cet amour profond, inconditionné, tant recherché.